Mardi je donne 

Pendant cette pandémie, beaucoup d’entre nous ont troqué la tournée des centres d’achat pour le magasinage en ligne. Si tu as fait des achats en ligne au cours des huit derniers mois, il y a de fortes chances que ta boîte courriel ait été inondée d’offres du Vendredi fou la semaine dernière et que tu aies profité de certaines de ces offres pour faire le plein de cadeaux.

Alors que les détaillants et les consommateurs ont participé au Vendredi fou, aujourd’hui, la communauté des donateurs se réunit pour la 8e édition annuelle de Mardi je donne !

Qu’est-ce que Mardi je donne?

Mardi je donne est la journée nationale du don qui « ouvre chaque année la période des fêtes, très propice au don ». C’est « l’occasion pour les organismes de bienfaisance, les entreprises et les gens de se rallier à une cause de leur choix et de penser aux autres… La période du magasinage des fêtes est depuis toujours bénéfique pour notre économie. Grâce à Mardi je donne, c’est maintenant notre sens de l’entraide qui est interpellé. »

Chaque année, plus de 7 000 entreprises et OBNL participent, avec des familles et des individus, à la collecte de fonds et d’articles essentiels tels que des vêtements, des paniers de nourriture, des articles de sport et des appareils électroniques.

Toute organisation a besoin d’argent pour survivre ! Il en va de même pour celles à but non lucratif.

En gros, un modèle de financement d’un organisme combine différentes sources de financement, en fonction de leur mission et de leurs programmes. Par exemple, un OBNL peut être financé à 50 % par des subventions, à 30 % par des événements, à 15 % par un programme de membership et à 5 % par des dons en nature. Un autre peut être financé à 70 % par un programme de grands donateurs, à 20 % par des collectes de fonds par publipostage et à 10 % par des événements.

Dans l’article de blogue du mois dernier, j’ai mentionné qu’avant de lancer mon entreprise de traduction en 2006, j’avais travaillé pour le Y des femmes de Montréal.

Ce que tu ignores peut-être, c’est que je possède un BAC en arts et sciences de l’Université Concordia, avec une majeure en relations humaines. Cela m’a permis de travailler pour un certain nombre d’OBNL, allant des maisons de thérapie aux refuges pour sans-abri, et dans les domaines de l’intervention, de l’organisation communautaire, de la formation en leadership, etc.

Aujourd’hui encore, les organismes à but non lucratif occupent une place de choix dans mon coeur et dans les activités de mon entreprise. Sais-tu que tous les OBNL avec lesquels je travaille reçoivent un don équivalent à 10 % du montant total de leur facture ? Je souhaite que mon entreprise ait un impact social, et quelle meilleure façon de donner au suivant qu’en contribuant aux causes portées par mes clients !

Voici quelques-uns des OBNL que j’ai eu le privilège de servir en 2020. N’hésite pas à parcourir leurs sites web pour en savoir plus sur leur mission et sur la manière dont tu peux les soutenir.

La Fondation pour l’enfance Starlight Canada fait ce qu’aucun médicament n’arrive à faire : créer des sourires et des souvenirs inestimables pour les enfants gravement malades et leurs familles. Depuis près de 30 ans, Starlight Canada a répandu des dizaines de milliers de sourires sur les visages d’enfants malades grâce à une gamme unique de programmes et de services centrés sur la famille, tant en hôpital qu’à la maison. 

Katimavik offre aux jeunes adultes l’opportunité d’acquérir des compétences personnelles et professionnelles tout en contribuant au développement communautaire par l’entremise du service volontaire. Depuis 1977, Katimavik rassemble les jeunes Canadiens et Canadiennes pour apprendre, pour échanger sur leurs cultures et leur langue, et pour aider à bâtir des communautés plus fortes à travers le Canada.

La Fondation autochtone de l’espoir est un organisme caritatif national fondé en 2000, dirigé par des Autochtones et dont le but est d’éduquer et de sensibiliser la population à l’histoire et aux nombreuses séquelles du Régime des pensionnats. Ces séquelles comprennent les répercussions directes et continues sur les Survivants et Survivantes des Premières Nations, métis et inuits, leurs collectivités et leurs descendants.

Fondée en 1947 en tant qu’organisation catholique de charité pour les réfugiés de guerre et reconnue depuis 2011 comme Oeuvre pontificale de charité, Aide à l’Église en Détresse(AED) se dévoue au service des chrétiens de partout dans le monde, que ce soit en utilisant l’information, la prière ou bien l’action, quel que soit les lieux où ils sont persécutés, opprimés, ou se trouvent dans une situation de grande pauvreté.

Fondée en 1974, Femmes Autochtones du Québec inc. (FAQ) représente les femmes des Premières Nations du Québec ainsi que les femmes autochtones qui vivent en milieu urbain.

Parlons sciences, un organisme de bienfaisance national primé, offre depuis plus de 25 ans des programmes de STIM motivants et basés sur des preuves factuelles, sans frais pour les jeunes et les éducatrices et éducateurs canadiens.

Ces organismes font appel à moi pour la traduction de documents tels que

  • Sites et pages web ;
  • Campagnes de financement ;
  • Articles de blogue, infolettres et publications dans les médTu ias sociaux ;
  • Politiques et procédures en matière de ressources humaines, manuels des employés et offres d’emploi ;
  • Communiqués de presse ;
  • Rapports annuels ;
  • Guides d’activités ;
  • Procès-verbaux des rencontres et des assemblées générales annuelles ;
  • Demandes de financement.

Tu connais un OBNL qui cherche à rejoindre le marché anglophone ? Envoie-lui une copie de cet article par courriel et invite-le à prendre rendez-vous pour une consultation gratuite.

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pendant que tu es ici...

Mets la main sur un guide GRATUIT pour optimiser ta signature courriel bilingue !

Oui, SVP !